Avons nous besoin de leaders charismatiques ?

Christian CHARLAT le 2 Octobre 2018 

 

« Le charisme.

Nos entreprises ont elles    besoin de leaders charismatiques ? »

Saint Paul pensait que le charisme au sens premier était la marque qui distinguait ceux qui avaient été choisis par Dieu. « La main de Dieu »

Dans l’imaginaire collectif il y a une attirance à chercher et trouver un modèle ; une forme d’autorité supérieure que l’on suivrait aveuglément car elle saura où nous conduire.

Dans un monde économique où l’incertitude est reine ; les cycles de plus en plus courts et intenses. Il est tentant pour toute collectivité de se dire et si nous choisissions un guide, un sauveur presque ?

Et c’est là que réside la difficulté. Les collectivités (et une entreprise en est une) portent en elles-mêmes un risque intrinsèque face au charisme dont il convient d’avoir conscience.

Comment identifier les caractéristiques du mauvais leadership ?

Nous terminerons par le portrait du leader charismatique sain et utile à l’entreprise.

 

Les collectivités humaines en entreprises ont une fragilité intrinsèque

Je citerais trois éléments de réflexion connus mais souvent oubliés ;

 

  • Gustave Leblond dans son ouvrage sur les foules démontre bien cette régression mentale que les groupes peuvent manifester. L’irrationnel domine, les passions les plus basses peuvent se manifester. (Il suffit d’observer certaines hordes de supporters pour être convaincu qu’il y a peut-être du vrai dans cette théorie)
  • Le goût de la fascination : nous avons besoin de starifier certains individus ; qui représentent une sorte de moi idéalisé. Freud a très bien démontré ce phénomène où les individus se dépossèdent de leur libre arbitre et finissent pas manquer (un temps) complètement de jugement et font montre d’une soumission sans limite. Le star système se nourrit de se phénomène.
  • Le culte du héros. Il existerait sur terre des femmes ou des hommes aux pouvoirs et capacités supérieures. C’est tentant de s’en remettre aux décisions d’un seul omniscient ; et puis c’est tellement reposant.

Comment éviter ces biais (non exhaustifs) de toute collectivité humaine ?

J’en vois trois essentielles :

  • L’existence de vrais contre-pouvoirs au sein de l’entreprise ; rôle que devraient jouer les organisations représentatives du personnel.
  • Des processus de décisions pour les nominations des individus et les décisions stratégiques ou à fort enjeu transparentes et collégiales.
  • Une gouvernance renforcée dans les grands groupes avec des administrateurs vraiment indépendants et ayant les moyens d’interpeller et peser sur les décisions.

 

Le premier risque que court toute entreprise est l’aveuglement collectif.

Comment se manifeste le charisme dévoyé ?

J’ai observé certains cas emblématiques de grandes entreprises et leurs dirigeants de l’époque qui ont connu des déboires marquants ayant pu, parfois, entraîner la disparation de l’entreprise.

Les dirigeants de ces sociétés manifestaient tous certains traits de caractères suivants :

Une forte arrogance

La confiance en soi est sûrement une qualité. Mais poussée à son extrême c’est la certitude trop forte d’avoir raison. D’être sûr de ses capacités intellectuelles, de son savoir, de son expertise ; et comme nous l’avons vu plus haut cette certitude (même non fondée) peut avoir un impact sur l’entourage qui finit par être convaincu que le leader en question a nécessairement raison et eux tort.

Il faut savoir distinguer certitude et conviction.

Un narcissisme déséquilibré

Ils aiment la communication et investissent beaucoup de temps et d’argent dans leur apparence ; dans leur service communication. Même si le discours où les communications se veulent « corporate » c’est-à-dire parlant de l’entreprise, de ses valeurs, de ses objectifs, voire même des collaborateurs de l’entreprise ; l’analyse démontre à la fin qu’il s’agit de parler surtout de soi.

Ils savent se mettre en scène ; renforçant par là même la starisation de leur personnage ; la dépendance à leur égard des autres.

Il y a une volonté d’être aimé exacerbée. Une absence d’empathie réelle on peut se débarrasser de n’importe quel collaborateur (dans l’intérêt de l’entreprise bien sûr) sans sourciller.

Ils parlent d’eux avec délectation et peuvent discourir à l’infini sur leurs propres sentiments.

Une centralisation détournée des pouvoirs

La première chose que fera un leader malsain est de s’entourer de thuriféraires acquis à sa cause. Des personnes qui doivent leur bonus, leurs salaires, leurs postes non pas en fonction de qualités objectives mesurées rationnellement selon des processus clairs et externes mais par le seul bon vouloir du dirigeant.

Ainsi, en fin de course, tous les pouvoirs de décisions sont de fait dans une seule main. C’est l’exercice solitaire du pouvoir.

Une confusion entre séduction et humanité

Le leader positif est un humain parmi les humains ; empathique il pourra manifester une vraie chaleur humaine à l’égard de ses collaborateurs.

Ce qui n’est pas la même chose que le charisme dévoyé qui saura user d’un charme personnel ou de capacités oratoires évidentes pour séduire son auditoire ou ses interlocuteurs. L’empathie rend autonome les personnes ; la séduction les rend dépendants.

La pratique du boniment ou prendre des vessies pour des lanternes

Dans mon voyage évoqué plus haut, des entreprises ayant subies de fortes turbulences, j’ai été frappé de lire les discours aux actionnaires ou au personnel de ces leaders.

Il y a une confusion entre promesses et réalisations ; le réel est déformé sans cesse. Les formules incantatoires remplacent l’analyse objective des faits. Il y a une réécriture de l’histoire stupéfiante. Un résultat déficitaire ou nul sera une année de consolidation. Qui au lieu d’interroger sur la pertinence du chemin choisi sera au contraire la preuve que l’on a raison.

Certaines affirmations tiennent lieu de démonstration.

Quand les chiffres eux-mêmes n’ont pas été arrangés pour leur faire dire ce que l’on veut.

 

Comment définir le bon charisme et le leader utile ?

 

L’entreprise a besoin de leaders et de charisme pour réussir. Mais pas n’importe lequel.

 

La liberté de parole

 

Ils ne sont pas ego centrés et autorisent et encouragent tout le monde à s’exprimer. Prendront leur décision après en conscience. Mais généralement manifestent pour eux et les autres le droit de s’exprimer. Sans conséquences.

 

Sincérité et authenticité

 

Ce sont des leaders qui ne se la racontent pas. Ils ont réussi des choses en ont ratés d’autres. Leur vécu apparaît dans leur comportement et leur parole. Leur crédibilité vient du fait qu’ils ne jouent pas un personnage ils sont ce qu’ils sont.

 

Empathie

 

Ils mesurent, comprennent, tiennent compte de l’impact de ce qu’ils font sur les autres. Ils estiment leurs collaborateurs ; ont une vraie reconnaissance pour leur soutien et leur aide dans ce qu’ils font. Ils vivent en résonance avec leur époque, leur auditoire, leur entourage.

 

Confiance

Ils se font confiance, ils ont confiance en l’avenir, en la vie, en leur collaborateurs.

Ils donnent confiance en encourageant ; faisant grandir leur entourage. Leur donnant plus de responsabilités. Ils n’hésitent pas à partager le pouvoir leur pouvoir. Ce sont tout sauf des centralisateurs soupçonneux.

 

Investissement

 

Ils ne font pas semblant. Ils sont intenses et présents dans leurs discours, leur travail, leurs échanges avec leur environnement. Ils ne travaillent pas à l’économie. Ils donnent et se donnent pour la cause en laquelle ils croient.

 

Les valeurs

 

Ils sont droits et honnêtes. Ils incarnent par l’exemple les valeurs de leur vie. Ils sont congruents entre leurs valeurs, le sens de leur vie, leurs propos et leurs actes.

Cela explique qu’étant entiers ils sont perçus favorablement par leur environnement. Ce sont des personnes consistantes.

 

Professionnels

 

Quand on observe un leader charismatique on oublie trop souvent le parcours qui a été le leur. Ce sont avant tout des professionnels du secteur dans lequel ils travaillent. Ils connaissent leur métier ; l’ont pratiqué de nombreuses années et ont été reconnus pour leur expertise. Même si aujourd’hui on leur demande une vision, de mettre en œuvre une stratégie ce sont avant tout des professionnels reconnus. C’est la base sur laquelle ils ont construit leurs talents.

Ces sont des gens qui ont fait leur preuve.

 

 

Je pense que les entreprises ont besoin de leader charismatiques pour entraîner le collectif vers le succès, la réussite.

 

Mais à y bien réfléchir comme cette catégorie est rare (je rajouterais très rare) il vaut mieux un bon manager, honnête, vertueux, compétent qu’un leader charismatique à tout prix.

 

Pour reprendre mon image du début avec Saint Paul et sa définition du charisme ; il y a aujourd’hui beaucoup trop de faux prophètes. Comme nous sommes par nature enclins à suivre un leader ; nous sommes malheureusement souvent déçus. Au-delà la société paye cher ses errements égotiques de certains.

 

La collectivité des entreprises devrait être plus raisonnable, chercher du solide plutôt que du brillant.

 

Surtout à notre époque où l’on travaille beaucoup la forme ; les éléments de langages plus que le travail de fonds sur la durée.

 

 

(Visited 1 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *