Les moteurs de recherches vont ils tuer l’intelligence et la créativité des nouvelles générations ?

Christian CHARLAT le 18 Octobre 2018

 

« Les moteurs de recherche vont ils tuer l’intelligence et la créativité des jeunes générations ?»

              

 

En introduction nous mettrons un terme à tout malentendu. Je trouve qu’internet est un outil extraordinaire et que les moteurs de recherches sont indispensables et très efficaces.

 

Mon point d’attention est l’usage et les abus.

 

Dans le supérieur ; les jeunes étudiants doivent encore accumuler des connaissances et surtout intégrer des compétences. C’est-à-dire la capacité à faire des liens entre toutes ces connaissances et le monde réel. Mettre leur savoir en action. 

 

Celui de l’entreprise et de leur futur emploi.

 

Parmi ces compétences attendues des entreprises il y a :

  • La capacité à travailler en équipe
  • La capacité à communiquer avec ses clients, ses collègues, l’extérieur de manière appropriée et efficace.
  • La connaissance des bases techniques de son métier
  • La capacité de travail
  • La capacité à décider de manière rationnelle

Etc.

 

Malheureusement les moteurs de recherches donnent de mauvaises habitudes.

 

Le règne du copié collé.

 

La mode pédagogique est la classe inversée. Objectif pédagogique, sur le principe, indiscutable. Les jeunes étudiants doivent faire preuve de curiosité, aller chercher les informations et ensuite l’ordonner et construire leur réponse professionnelle. Cette méthode oblige à créer une solution personnelle à une problématique professionnelle.

 

Jusque-là tout va bien.

 

Sauf que dans la pratique, on tape sur son moteur de recherche préféré la question du dossier professionnel et nos étudiants ont un choix sans limite de solutions.

 

Combien de copié collé. Les professionnels dont je suis qui s’essaient à la formation le constatent tous les jours. Fini les réflexions, les recherches, les analyses. Non un simple copié collé parfois avec des informations non mises à jour et l’affaire est jouée.

 

Plus de fatigue, plus de réflexion, plus de recherches…le néant.

 

Le degré zéro du travail personnel. La certitude à terme de perdre tout indépendance d’esprit et de capacité à faire, créer et inventer. Notre cerveau est une formidable machine encore faut-il l’utiliser, l’entraîner. Laissez-le dormir quelques années et vous verrez que la mémorisation d’une simple phrase prendra beaucoup trop de temps. Tout devient plus compliqué.

 

Internet facilite la vie. Difficile de résister.

 

L’absence de pensée structurée et l’apogée de l’opinion sur les faits.

 

Penser, même un sujet professionnel est un acte créatif. A partir de données objectives plusieurs professionnels pourront présenter les choses de manières différentes voire originales. C’est la richesse de l’esprit humain sans limite dans la recherche, l’ouverture d’opportunités, de solutions.

 

L’un des risques majeurs que je vois aujourd’hui, chez nos jeunes, est le risque (restons optimiste ça n’est pas une certitude générale) de confondre l’opinion dont la toile regorge à profusion avec les données factuelles.

 

On lira plus facilement un article de synthèse qui donne un avis sur la loi de finance 2018 que lire le texte original et se faire son opinion argumentée sur du factuel.

 

Aller sur la toile pour recueillir des données rationnelles, factuelles et travailler après dessus est une bonne chose.

 

Aller au plus simple et adopter la pensée d’un(e) autre est une autre histoire dont tout le monde comprend chaque jour la différence.

 

 

« La mort par Powerpoint » où l’uniformisation des esprits

 

La toile est plus forte que n’importe quel régime politique totalitaire. Aucun parti n’a jamais franchement réussi à domestiquer les esprits ; la nature humaine est ainsi faite durablement libre.

 

 La toile y arrive très bien (ponctuellement je l’espère) et avec l’assentiment de ses thuriféraires. Victimes consentantes qui ne se rendent plus compte qu’elles sont sous influence.

 

On retrouve dans certaines productions les mêmes phrases répétées à l’infini, les mêmes données, les mêmes conclusions.

 

Jusqu’à la présentation très formatée de Powerpoint outil magnifique à nouveau mais dont l’excès d’utilisation a rendu presque contre-productif.

On vit la même scène, avec les mêmes présentations encore et encore.

 

Aristote il y a de nombreux siècles déjà enseignait que « le poison est dans la dose ».

 

Sommes nous, collectivement, en train de dépasser la dose ?

Comme toujours la jeunesse est plus vulnérable.

 

Je ne suis pas inquiet. Nous gérerons ce sujet en son temps. C’est-à-dire une fois une crise majeure intervenue.  

 

Les premiers effets se font sentir, capacité de concentration en diminution chez certains, capacité à trouver des idées et construire des solutions difficile, capacité de rédaction en berne, capacité d’attention à saturation…etc.

Bref ne nous inquiétons pas, tout va bien.

Zappons sur un autre sujet d’actualité sur la toile.

Et puis de toute façon dans 8 secondes nous aurons oublié de quoi nous parlions dans cet article.

 

 

 

 

 

 

(Visited 4 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *