Peut on compter sur son réseau ?

PEUT ON COMPTER SUR SON RESEAU?

Christian CHARLAT le 18 Février 2018

 

Tout cadre moderne qui se respecte est sur un, voire plusieurs réseaux sociaux. Son profil soigné, bien rédigé (c’est-à-dire en termes de compétences, de savoir-faire et savoir être). La bonne photo choisie avec attention.

Le voilà armé pour se faire connaître. Et puis sait-on jamais obtenir de l’aide en cas de coup dure ou en souhait de changer d’air, de métier, d’entreprise. Bref se lancer dans un nouveau challenge.

Le hic est que tout le monde sait (en tout cas ceux qui en ont eu besoin et ont expérimenté la chose) que votre réseau ne vous sera malheureusement d’aucune utilité.

Allons soyons équilibré et positif (c’est mieux) disons plutôt d’une très faible utilité.

 

Quand je parle de votre réseau je parle de vos proches vous savez ceux :

  • Que vous avez promu dans un passé récent
  • A qui vous avez obtenu une promotion
  • Une augmentation de salaire conséquente
  • Embauché
  • Écoutés pendant des heures et regonflés
  • A qui vous avez donné un coup de main ; pour signer un contrat ; obtenir un stage pour le petit dernier ; donné une recommandation pour un nouveau job.
  • Gratifiés gratuitement de vos meilleurs conseils glanés à la sueur de votre front.
  • Présentés les bonnes personnes au sein de l’entreprise
  • Vos « amis » du travail
  • Vos proches
  • Votre pré carré
  • « Ceux qui étaient prêt à mourir pour vous »
  • Bref la cohorte de tous ces gens que vous pensiez vous être redevable de quelque chose et qui sont justement aux abonnés absents. Au réseau absent devrais-je dire.

Bonne nouvelle tout de même ; Vos mère, père, conjoint, eux resteront là quoi qu’il arrive. Votre premier cercle lui se sera volatilisé dans les nimbes obscures du web. Mails sans réponses ou réponses à côté. Bref rien d’utile ou de décisif.

Vous vous retrouvez seul, désemparé devant tant d’ingratitude. Bientôt vous restreindrez vos interactions sociales par dépit.

 

Pourquoi ?   Et y-a-t-il une solution ?

 

Le réseautage par clonage que nous pratiquons est inefficace.

Rendons-nous à l’évidence. Nous vivons pensons dans notre cadre de référence habituel. Quand on analyse les relations dans les réseaux sociaux de tout un chacun nous retrouvons une similitude d’écoles, de métiers, de comportements et goûts.

Ce clonage social n’aide pas en cas de pépin. Par expérience nous savons que ce premier cercle (sauf rare exception) ne pourra rien faire.

Nos filtres habituels, nos habitudes de penser, de rencontres deviennent un obstacle à l’efficacité de notre réseau.

Faites le test où avez-vous l’habitude de vous assoir, avec qui parlez-vous pendant les cocktails ou réunions ?

Nous sommes tous comme cela ; rien d’anormal. Nos habitudes ont la vie dure. Et si justement nous faisons évoluer cela ?

 

Le réseau est utile dès lors qu’on le « construit » justement un vrai réseau qui sort de ses habitudes et archétypes.

 

Quand vous rentrez dans une salle notre cerveau fonctionne à la vitesse de l’éclair. Il trie et juge les présents et les classe en catégories. Ceux qui sont dignes que je les regarde, leur adresse la parole, qui peuvent m’être utile justement.

Le hic de cette approche est que « notre juge interne » est irrationnel, superficiel, trop rapide…bref inadapté. Si dans les temps très reculés cette aptitude à trier entre amis et ennemis pouvait avoir un sens ; aujourd’hui cela n’en n’a pas. Et pourtant nous pratiquons ainsi.

D’ailleurs certaines grandes universités Américaines qui ont compris ce phénomène depuis très longtemps obligent les étudiants à nouer des contacts au-delà de leurs pratiques habituelles. (Organisation de placement aléatoire des étudiants en amphi, lieux de rencontres organisés etc.) ; cela fait partie intégrante de la formation, se faire un solide réseau pour la suite. Et également sortir des sentiers battus pour nouer des contacts avec des personnalités aux goûts et intérêts diamétralement opposés. L’ouverture est à ce prix.

Souvent les informations utiles et coups de mains ou idées viendront de ces troisièmes voire quatrièmes cercles ignorés et pourtant fondamentaux.

 

Cessons de penser ressources et utilité et pensons relations humaines.

C’est une des erreurs fondamentales tant de notre communication avec notre « cher réseau » …nous l’utilisons. Qui veut devenir un objet ignoré pendant longtemps et réveillé en fonction des besoins de celui qui appui sur la sonnette ?

Et après nous nous étonnons que cela ne fonctionne pas ?

Nourrir un réseau c’est nourrir et tisser des relations humaines. A défaut cette liste de noms que nous avons en « amis », « relations », « contacts » ne sera jamais qu’une liste de noms destinée à un usage marketing.

Donc avec un taux de retour faible.

Cette approche est plus exigeante elle suppose que nous interagissions avec les membres de notre réseau que nous ayons une contribution, une production. Des idées, des articles, des discussions, tout ce qui fait le lien social virtuel et le maintien vivant et dynamique.

Pensons collaboration plutôt qu’utilité.

 

Oui le « réseautage » est utile et nécessaire mais à la condition de sortir de ses sentiers battus mille fois empruntés pour découvrir d’autres horizons.

Vous voulez une idée ?

La prochaine fois que vous assistez à une réunion, un cocktail allez vers les personnes que vous ignorez superbement d’habitude, voire ceux que vous auriez envi de fuir par principe. Vous découvrirez des univers passionnants et différents du votre.

 

Oui le réseau est utile. J’ai été personnellement touché par des gens à qui je n’avais jamais rendu le moindre service eu une interaction très superficielle et les voir me donner un coup de main, une idée un nom un contact pour faire avancer mon entreprise, voire signer un contrat pour une formation.

Ceux-là nous réconcilient avec le réseau d’êtres humains.

Quant aux autres n’oubliez jamais que votre tour viendra. (Alors soyez au moins polis et répondez)

 

Oui le réseau est utile et on peut compter dessus…mais pas celui auquel on s’attend !

 

 

(Visited 3 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *